Église des Nouveaux-Chrétiens

Cela fait presque 2000 ans que DIEU, à sa­voir JÉSUS-CHRIST, fonda une Église dont les fi­dèles se nom­mèrent chré­tiens. Mal­gré l’immense ef­fort de ses in­ten­dants, cette Église s’humanisa ce­pen­dant de plus en plus.

Les dé­fis sé­cu­laires de­vaient sou­vent être op­po­sés à une lé­gis­la­tion ré­so­lue, or cette Église ne pos­sé­dait pas tou­jours de saints in­ten­dants qui agis­saient dans le sens de leur Fon­da­teur. Une Église fi­gée par les lois fut l’héritage de notre siècle.

Et pire en­core ar­riva : Les ré­for­ma­tions furent en­se­ve­lies par l’esprit du monde et man­quèrent le but.

Comme un re­je­ton, l’Église des Nou­veaux-Chré­tiens sort re­nou­ve­lée du tronc pourri de l’ancienne Église.

Fondement des Nouveaux-Chrétiens

Ainsi l’Église des Nou­veaux-Chré­tiens ne re­pré­sente point une nou­velle Église. Elle est la conti­nua­tion de la tra­di­tion apos­to­lique, sa foi est ca­tho­lique ro­maine. Leur fon­de­ment est fondé sur le roc de Pierre, cela si­gni­fie qu’elle in­carne l’Église de JÉSUS-CHRIST adap­tée à notre temps, avec son bien ini­tial d’idées et de grâces.

Amour et sim­pli­cité mar­quèrent l’esprit des dé­buts du chris­tia­nisme. La dé­li­vrance du culte de la loi ri­gide, la ré­demp­tion des chaînes du pé­ché, la conduite à l’indépendance in­té­rieure avec DIEU étaient l’ordre de mis­sion des Apôtres.

Un re­je­ton sor­tant d’un tronc pourri
JÉSUS avec Ses Apôtres – Trans­mis­sion du pou­voir de lier et de dé­lier

Représentée dans huit pays

Sans comp­ter les fi­dèles dis­per­sés aux quatre coins du monde, nous avons pris pied dans huit pays, pro­cé­dant de la mai­son mère en Suisse. Les fi­dèles sont as­sis­tés spi­ri­tuel­le­ment par des évêques, des prêtres et des diacres en Suisse, Al­le­magne, Au­triche, France, Pays-Bas, Bel­gique, Ita­lie et au Ca­me­roun (Afrique). Des re­li­gieuses, pré­si­dées par une ab­besse, ainsi que des aides laïques sou­tiennent ce tra­vail mis­sion­naire.

Financement

Le clergé, les re­li­gieuses et les col­la­bo­ra­teurs laïques vivent dans la pau­vreté dite évan­gé­lique. Donc ils ne re­çoivent ni ré­mu­né­ra­tion ni gra­ti­fi­ca­tion.

Les frais de lo­ge­ments, d’aménagement de cha­pelles, d’électricité, d’eau, de chauf­fages, de nour­ri­ture, de vê­te­ments, de vé­hi­cules et leurs en­tre­tiens, d’assurances obli­ga­toires, de té­lé­com­mu­ni­ca­tions, d’imprimerie, de bu­reau, d’évangélisation et bien d’autres sont pris en charge dans toutes les mai­sons par des dons libres. Nous vou­lons ac­cor­der à DIEU notre confiance en n’exigeant au­cunes co­ti­sa­tions, charges, taxes ou choses sem­blables, même pas pour l’administration des Sa­cre­ments. Par contre nous sommes très re­con­nais­sants pour des dons libres.

Mt 6,31 sq.: „Ne vous in­quié­tez donc point, di­sant : Que man­ge­rons-nous, ou que boi­rons-nous, ou de quoi nous vê­ti­rons-nous ? De toutes ces choses se pré­oc­cupent les païens. Votre Père cé­leste sait ef­fec­ti­ve­ment que vous avez be­soin de toutes ces choses-là. Cher­chez en pre­mier le royaume de Dieu et sa jus­tice, et toutes ces choses vous se­ront don­nées par sur­croît.“

C’est pour cela aussi que les dons doivent être libres, car la do­na­tion libre est re­con­nue et gran­de­ment ap­pré­ciée par DIEU. Ce mé­rite ne man­quera pas aux fi­dèles et aux bien­fai­teurs.

2 Cor 9,7 : „Que cha­cun donne comme il l’a ré­solu en son cœur, non avec dé­plai­sir ou par contrainte ; car Dieu aime ce­lui qui donne avec joie.“

Une œuvre de DIEU

Ce n’est point par la vo­lonté de l’homme que l’Église des Nou­veaux-Chré­tiens est ac­tive, mais se­lon le dé­sir de DIEU.

L’Évêque-à‑l’Épée, di­rec­teur des Nou­veaux-Chré­tiens : „DIEU dé­sire qu’une par­tie des hommes lutte avec moi au nom du pe­tit trou­peau de JÉSUS-CHRIST !

J’ai be­soin de sou­tien et de foi. Des hommes de bonne vo­lonté et dé­voués me sont né­ces­saires pour ve­nir à bout de ma tâche.

Ma dis­po­si­tion pour DIEU et pour l’humanité est là !
Qu’en est-il de toi?“

Fermer le menu