Févri­er 2020

Que nous arrive-t-il souvent
à nous les hommes

Trois arbres pous­saient sur une colline. Ils vivaient heureux avec le soleil et le vent et deve­naient grands et forts. Ils avaient le ciel au-dessus d’eux et éle­vaient leurs couronnes. Ils avaient la terre sous eux et y creu­saient pro­fondé­ment leurs racines. Ils avaient fait face à maintes tem­pêtes et étaient devenus forts en con­séquence. Ils avaient la vie devant eux et s’en réjouis­saient. Ils avaient des rêves en eux et attendaient leur réal­i­sa­tion.

Le pre­mier arbre rêvait d’être un jour un cof­fre au tré­sor con­tenant un pré­cieux tré­sor. – Le deux­ième arbre rêvait de devenir un navire. Il aspi­rait à amen­er des rois à tra­vers les mers. – Le troisième arbre voulait être l’arbre le plus impor­tant sur terre. Il voulait rester sur la colline et rap­pel­er à tous les hommes les secrets de la vie.

Un jour, deux bûcherons s’approchèrent et abat­tirent les trois arbres. Le pre­mier arbre fut trans­for­mé en une man­geoire et vint dans une pau­vre étable à Beth­léem. Le bœuf et l’âne mangeaient de cette man­geoire et frot­taient leur four­rure sur le bois. Lors d’une nuit mirac­uleuse, l’Enfant JÉSUS est né et fut déposé dans la man­geoire. Ain­si, le souhait de devenir un cof­fre au tré­sor fut tout de même exaucé, mais telle­ment dif­férent et beau­coup plus pro­fond que ce dont l’arbre avait rêvé.

Le deux­ième arbre devint un bateau de pêche. Sur le lac Génésareth, les pêcheurs pre­naient le large en bateau. C’était une vie quo­ti­di­enne laborieuse à la guise du vent et des intem­péries, de la vio­lence et de la détresse. Puis un jour, JÉSUS vint … plus

Fermer le menu