Mars 2021

Solennité
“Annonciation“

Un court extrait des 24 can­ti­ques de l’Hymnos Akathistos:
 

La salutati­on de l’Ange
L’un des Arch­an­ges suprê­mes a été envoyé du Ciel
pour dire à la Mère de DIEU: „Je Te salue!“
Quand, à sa paro­le sans corps, il Te vit deve­nir chair,
ô SEIGNEUR, il se ten­ait debout, secoué et l’acclamait:
„Je Te salue, car par Toi bril­le­ra la joie.
Je Te salue, car par Toi dis­pa­raî­tra la malé­dic­tion.
Je Te salue, Toi qui relè­ves l’Adam déchu.
Je Te salue, Toi qui sèches les lar­mes d’Ève.“ 

(L’hymnos Aka­this­tos est chan­té avec des paro­les pro­fon­des et des voix très
sono­res.)

„Pour­quoi je T’aime, Mère Marie!“
„Voi­ci ta mère!“ (Jn 19, 27). Mère – qu’est-ce que ce mot fait bouger  en nous? Com­bi­en de cho­ses pré­cieu­ses s’ouvrent en nous, com­bi­en de gran­des cho­ses qui ont été décisi­ves pour not­re vie? Au fond de nos cœurs, le nom “Mère” res­te aus­si long­temps que nos cœurs bat­tent et jusqu’à l’éternité, où nous nous retrou­vons à nouveau.

Ce joyau “mère” est menacé. L’attitude et la men­ta­li­té mater­nel­les ne compt­ent plus beau­coup à not­re épo­que, où tout est ori­en­té et tail­lé pour le suc­cès et la per­for­mance. Dans cet­te socié­té ratio­na­li­sée, les mères ont beau­coup de mal. À l’ère des ordi­na­teurs, des dis­tri­bu­teurs auto­ma­ti­ques et du libre-ser­vice, les mères compt­ent pour peu. La pro­fes­si­on de “mère” ne figu­re dans aucun réper­toire des bureaux  de pla­ce­ment, il n’y a ni tarif ni régle­men­ta­ti­on pour elle. – Obser-vons les évé­ne­ments de not­re épo­que, il ne faut pas s’en éton­ner. Les médi­as met­tent au pre­mier plan l’idole de la femme à suc­cès, sûre d’elle etplus

Fermer le menu